4 livres à lire cet automne avec une tasse de thé

La saison chill-y de l’automne nécessite certes du café et des plaids, mais également une liste de livres à lire en accord total avec ce mood de balades en forêt, d’observation, de repli dans sa chambre et d’introspection. Pour vous aider dans cette recherche, Mauvaise Graine vous a concocté une liste de livres qui sont mis en valeur par l’atmosphère de l’automne.

Article écrit par Cloé Garnier

Treasury of Folklore : Woodlands & Forests – Dee Dee Chainey & Willow Winsham

Une collection divertissante et passionnante de mythes, de contes et de traditions entourant nos arbres, nos forêts et nos forêts du monde entier.

Des forêts sombres du nord aux jungles humides du sud, les arbres ont captivé l’imagination de l’humanité pendant des millénaires. Remplies de dieux et de déesses primales, de dryades et de contes de fées anciens, les forêts nous attirent encore, offrant sanctuaire, mystère et plus qu’une petite ruse espiègle. Des enfants cannibales insatiables taillés dans des bûches à la légende glaçante de Bloody Mary, il y a beaucoup à trouver entre les branches. Venez dans les arbres – sorcières, esprits séducteurs et grands, méchants loups vous attendent.

Avec ce livre, Folklore Thursday vise à encourager un sentiment d’appartenance à travers toutes les cultures en montrant combien nous avons tous en commun.

Klara & The Sun – Ishiguro Kazuo

De sa place dans son magasin, Klara, une Amie Artificielle avec des qualités d’observation exceptionnelles, observe attentivement le comportement de ceux qui viennent jeter un coup d’œil dans la boutique et de ceux qui passent dans la rue à l’extérieur. Elle garde espoir qu’un client la choisira bientôt. Mais lorsque la possibilité que sa situation puisse changer à jamais apparaît, Klara est avertie de ne pas trop s’investir et avoir confiance en les promesses des humains.

Dans Klara et le Soleil, Kazuo Ishiguro regarde notre monde moderne en rapide évolution à travers les yeux d’un narrateur inoubliable pour explorer une question fondamentale : qu’est ce que signifie aimer ?

Une chambre à soi – Virginia Woolf

Une chambre à soi est un essai qui pose la question des conditions d’accès des femmes à l’écriture en particulier, et à l’art en général. Selon Virginia Woolf, le talent est une condition nécessaire pour écrire mais elle n’est pas suffisante ; il faut y ajouter l’indépendance financière et un espace intime, au sens propre (une chambre à soi) et au sens figuré (un espace mental propre, qui ne soit pas accaparé par les besoins des autres). 

Une chambre à soi est un essai fondateur pour les féministes occidentales du XXe et du XXIe siècle. C’est le premier texte qui dissèque le mécanisme de la création littéraire en la ramenant à des facteurs concrets et identifiables, le plus souvent matériels. En cela, Woolf désacralise l’auteur comme l’autrice et jette un regard critique et distancié sur la création artistique. L’artiste n’est plus héroïque et n’est pas voué à être maudit. En expliquant l’invisibilisation des femmes, Woolf a contribué à faire comprendre que l’argument habituellement avancé que les femmes n’étaient pas assez douées pour écrire était un argument de mauvaise foi, puisque tout était fait pour qu’elles n’accèdent pas à la publication de leurs œuvres ou à la notoriété. Par sa propre œuvre littéraire, Woolf a lutté contre ces processus d’empêchement et d’invisibilisation. 

My year of Rest and Relaxation – Moshfegh Ottessa

Prodigué par une des nouvelles voix littéraires les plus audacieuses, ce roman dépeint les efforts d’une jeune femme pour éviter les maux du monde en s’engageant dans une hibernation prolongée avec l’aide de l’un des pires psychiatres dans les annales de la littérature et la batterie de médicaments qu’elle prescrit.

Sa narratrice devrait être heureuse: elle est jeune, mince, jolie, récemment diplômée de Columbia, travaille dans une galerie d’art branchée, vit dans un appartement de l’Upper East Side de Manhattan payé, comme le reste de ses besoins, par son héritage. Mais il y a un trou noir et vide dans son cœur et ce n’est pas seulement dû à la perte de ses parents, ou à la façon dont son petit ami de Wall Street la traite, ou à sa relation sadomasochiste avec sa meilleure amie, Reva. 

Grâce à l’histoire d’une année passée sous l’influence d’une combinaison vraiment folle de drogues conçues pour guérir notre héroïne de son aliénation de ce monde, Moshfegh nous montre combien l’aliénation peut être raisonnable, voire nécessaire. À la fois tendre et terriblement drôle, impitoyable et compatissant, c’est une vitrine pour les dons d’un de nos grands écrivains travaillant à la hauteur de ses pouvoirs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *