Nos coups de coeur musicaux du mois #14 : Mars 2022

Les mois s’enchaînent et ne se ressemblent pas, il en va de même pour les dernières sorties musicales. Si en mars on a pu assister aux come-back d’artistes déjà bien implantés (Stromae, Selah Sue ou même Skip The Use), on a également pu voir des premiers EP bourgeonner comme de petites graines. On vous laisse donc avec nos coups de cœur musicaux du mois, et d’ici le mois prochain, on vous recommande de jeter une oreille à notre playlist bimensuelle pour toujours plus de nouveautés musicales ! 

Crédits photo : Julie Mitchel pour Bolides / Valentin Fabre pour Kalika / Ana Kras pour Papooz

Article collaboratif

JVP – Mr Giscard 

Nous l’avions déjà présenté dans nos espoirs 2022 : Mr GIscard. Il est revenu le 18 mars avec un court métrage visuellement marquant (réalisé par Thibault Dumoulin), nous plongeant dans son univers, accompagné de deux nouveaux singles dont JVP. Fidèle à ses précédents morceaux, il enchaîne les phrases incisives avec un air d’innocence. Son personnage (ou sa vraie personnalité ?) d’homme détaché et nonchalant ressort toujours davantage et pourtant les images chaleureuses du court métrage racontent tout autre chose. L’instrumentale, quant à elle, toujours aussi légère et entraînante, nous transporte déjà en été avec son penchant groovy. Après ce teasing, on attend son nouvel album « :): »  avec impatience ! 

JVP, sorti le 18 mars.

Retrouvez Mr Giscard sur Instagram

Laury Peyssonnerie

Motomami – Rosalìa 

Celle qui se renouvelle sans cesse est revenue avec un troisième album en mars 22. Après avoir expérimenté pendant deux ans en sortant de nombreux singles, Rosalìa nous offre l’ensemble Motomami, prévu à l’origine pour fin 2020, qui semble à la fois composé comme un tout et qui, pourtant, entraîne l’auditeur dans des univers très différents. Il suffit de mettre côte à côte Chicken Teriyaki et SAKURA pour s’apercevoir de tout le potentiel de la chanteuse catalane. À la fois pop, bachata ou encore hyper-pop, Rosalìa réussi un coup de maître avec Motomami, en floutant les contours des genres pour faire de sa musique un ensemble symphonique et visionnaire. Plein de dualité (Moto / Mami), l’album se veut féministe, dénonçant le sexisme latent de l’industrie musicale et à la fois intime et touchant. Pari gagné pour Rosalìa qui nous fait simultanément pleurer (HENTAI, SAKURA) et danser. 

Motomami, sorti le 18 mars.

Retrouvez Rosalìa sur Facebook et Instagram.

Eva Darré-Presa 

Latcho Drom – Kalika

Paroles crues et beats entraînant, il est difficile de terminer le mois de mars sans parler du premier EP de Kalika Latcho Drom. Vous l’avez sûrement vu passer avec ses balcons sessions ou grâce au feat fiévreux avec Joanna sur Touche-moi.

Si Kalika nous avait déjà prouvé qu’elle était résolument moderne et sulfureuse avec sa reprise de Marie Laforêt, on est plus qu’ébloui par ce premier EP de 7 titres totalement maîtrisé. Petit ovni de la scène française, Kalika s’impose comme une voix puissante et enragée, pleine de sensualité et de pudeur. On a hâte de la retrouver sur la scène de La Maroquinerie le 12 mai prochain, et sur de nombreux festivals cet été. 

Latcho Drom, sorti le 04 mars.

Retrouvez Kalika sur Instagram.

Eva Darré-Presa 

None of this Matters Know – Papooz

Leur EP en 2015 annonçait déjà la couleur. Puis les concerts au Perchoir et à l’Alhambra accompagnant la sortie de leur premier album avait mis le duo sur le devant de la scène pop-rock psychédélique, niche musicale s’il en est. Mais l’engouement est réel pour ce renouveau de la musique aux influences 70s. Trois ans plus tard, Papooz rejoint le sillage de Bon Voyage Organisation, dont fait partie leur ingénieur du son, et conquis de nouveau le public grâce à un album-fiction, Night Sketches. 

Six ans plus tard, Armand Penicault et Ulysse Cottin confirment leurs compétences dans la composition d’une musique onirique, riche en harmonie, en influences, en rythmiques, en textes, en nuances, entre autres. L’auditeur.e n’aura pas fini de déceler des échos à des légendes de la folk ou de la pop, qui Steely Dan, qui Ry Cooder. Je vous épargnerai le fameux “album de la maturité”, mais force est de constater que la finesse des mises en place, des suites d’accord et de ces timbres de voix si particuliers qu’ont les deux parisiens prouve une nette progression dans un domaine où ils étaient déjà très bons. Voici sans aucun doute les fruits d’un confinement productif, période où l’album à été en partie composé. Enfin.. décrire les qualités du groupe ne permet pas d’expliquer le ressenti à l’écoute d’un mielleux Hell of a Woman  ou d’un énergique Cocaine Angel. Seul.e ou accompagné.e, je ne puis que vous conseiller None of this Matters Know !

None of this Matters Know, sorti le 18 mars 2022

Retrouvez Papooz sur Instagram et Facebook.

Michel Le Dentu

Snake Style 2 Source Direct

Connaissez-vous la junglev? Ce genre, caractérisé par des rythmes séquencés à haute vélocité et des basses plus que compressées, relativement endémique à la Grande-Bretagne, s’est assez largement exporté ces dernières années à travers le continent européen. Sa popularité grandissante a contribué à l’émergence de labels internationaux, basés dans un pays et promouvant des artistes étrangers. Les labels Cat in the Bag  ou Ill Behavior en sont des exemples. Quel rapport avec ce tonitruant maxi produit par Jim Baker disponible dans les disquaires français depuis seulement quelques jours? La légende de la jungle aux sonorités ambiantes et aux séquences rythmiques ciselées a fait appel au label néerlandais Tempo, et propose, pour la sixième sortie (appelée “Speed 06”) consacré aux musiques électroniques rapides, trois titres à l’énergie et à la noirceur enivrante. Le natif de la banlieue de Londres livre une transe endiablée, que ce soit dans le remake du déjà excellent Snake Style (sa première version date de 1995, d’où Snake Style 2) et son “Amen Break”* cuisiné aux petits oignons, dans le vertigineux Street Wars et sa basse entêtante, ou dans Diamonds, le plus mélodique mais aussi le plus intriguant des trois titres. A défaut de promettre une adhésion complète, cet EP assure une expérience musicale particulière, ouvrant une porte sur un univers musical relativement méconnu du grand public. À essayer absolument !

Snake Style 2, sorti le 21 mars 2022

Retrouvez Source Direct sur Instagram et Facebook.

* L’”Amen Break” est une boucle de batterie issue du morceau Amen Brother des Winstons, très utilisé en jungle.

Michel Le Dentu

Ruptures Futures – Bolides 

“Il pleuvra des larmes à la boule noire.” Voilà la bio Instagram du duo parisien Bolides, et après la sortie de leur nouvel EP Ruptures Futures, on ne peut qu’être sûres que cette prédiction sera vraie. De coeurs brisés en larmes à sécher c’est un vitrail d’histoires d’amour que nous reconstituent Samson et Joseph. Et puisque qui dit nouvelle époque dit nouveaux us et coutumes en matière de relations, les accents pop électro et l’identité visuelle retro de Bolides accompagnent les clichés romantisés d’une gen Z qui cherche à aimer aveuglément et entièrement. 

Ruptures Futures, sortie le 11 mars

Retrouvez Bolides sur Instagram 

Caroline Dibobe

Garden of Delights – Sisterhood Project

Entre les échos envoûtants de Doo et la voix languissante de Marie, avec Garden of Delights, on se croirait presque dans un jardin d’Eden peuplé de Lilith. En 8 titres, le duo féministe e sussurre des veux sororaux et transforme sa colèe en bijoux musicaux. De manière presque animale et instinctive, on se sent portée vers des racines à la terre. Autoproduites grâce à leur compagnie Beautiful Accident, c’est bien pour ne plus être captives que chantent et composent nos deux adelphes à retrouver enflammées sur la scène du festival Burning Wxman  en mai prochain. 

Garden of Delights, sorti le 25 mars

Retrouvez Sisterhood Project sur Instagram 

Caroline Dibobe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *