Dans la tête de… #17 : Kimi Duck, tatoueuse

On s’est rendu compte que nous n’avions jamais interrogé un.e tatoueur/euse sur son travail. Et pourtant, tout le travail derrière l’acte de tatouer est un véritable acte artistique.  Ce mois automnal signe le début d’Octobre Rose, le mois de sensibilisation au cancer du sein. Après une mastectomie, certaines femmes ont recours au tatouage pour se réapproprier leur corps. On a donc discuté avec Kimi Duck, tatoueuse lilloise chez Kawaii Place, qui a déjà eu l’occasion de réaliser des tatouages de recouvrement. 

Crédits photo : Benjamin Clipet

Propos recueillis par Eva Darré-Presa

Avec cette catégorie d’articles, Mauvaise Graine magazine souhaite donner la parole à des artistes en tout genre. Ce portrait chinois amélioré a pour but de découvrir les dessous de la création artistique en réfléchissant à ce qui pousse un artiste à composer une chanson, à peindre, à réaliser un court-métrage. Entre inspirations et folie créative, découvrez ce qu’il se passe dans la tête de….

La fleur que tu aimes le plus tatouer 

Difficile à dire… J’aime beaucoup quand c’est une fleur que je ne connais pas. Je me renseigne énormément. Parfois, je regarde des timelapse d’éclosions pour comprendre le mouvement, je me renseigne sur son histoire, etc… Récemment, j’ai tatoué une protea et j’ai trouvé ça passionnant !

Un souvenir de tatouage de poitrine post-mastectomie 

Je suis toujours très stressée quand je me retrouve face à ces guerrières de la vie. Il y a un an à peu près, j’ai recouvert des cicatrices sur une femme qui avait eu une double mastectomie. C’était son premier tattoo, elle était tant stressée par l’acte que par le fait que ça signait la fin de ses différentes interventions. On s’auto-rassure, on souffle un coup, et au moment où j’allais poser mon aiguille, tout s’éteint, lumières, machines, musiques. Silence… Coupure d’électricité… On sort dans la rue, tout était gris, toutes les boutiques étaient dans le noir. On appelle EDF, coupure d’électricité générale dans toute la rue, ça peut durer 3 heures.
On attend un peu et on décide d’effacer le stencil. Au moment où j’efface le stencil, la lumière se rallume.

On a donc décidé de faire le recouvrement en free hand. Finalement, tout s’est bien passé, et elle était ravie !

Si tu devais composer le bouquet parfait 

Un bouquet avec des camélias et des myosotis (forget me nots en anglais), c’est mon petit côté romantique !

Une chanson pour détendre ton/ta client.e

Journey – Don’t Stop Believin’ ! Entendre tous les tatoueurs qui chantent en cœur, ça détend n’importe qui !

Le tatouage que tu préfères sur toi

Mon paon réalisé par ma très cher Norma, dans les cris, les pleurs, le sang et la douleur !

De quoi est composé ton moodboard parfait

De photos de corgis, de petits chats et de feuilles d’automne !

Un tatouage marquant dans un film 

Ma culture cinématographique se résumant aux Chihuahuas de Beverly Hills, ça va être compliqué ! Peut-être que les chihuahuas ont un tatouage dans leurs oreilles ?

Un.e tatoueur/tatoueuse avec qui tu aimerais tatouer à quatre mains

N’importe quel tatoueur/tatoueuse que j’aime bien !

Un tatouage pour se réapproprier son corps 

C’est du cas par cas. Pour certaines personnes, ça peut être les mollets, pour d’autres les côtes…

Un rituel avant de tatouer

Chanter, danser, raconter des blagues, rire fort !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Tattoo de la reprise 🤍 • Un grand merci pour ta confiance ✌🏻 • #circletattoo #hibiscustattoo #monoitattoo

Une publication partagée par KIMI DUCK • TATTOOER (@kimiduck) le

Et parce qu’on est curieux…

Comment es-tu tombée dans l’univers du tatouage ? 

J’ai toujours été passionnée par la modification corporelle. J’ai commencé ma carrière en tant que perceuse, puis j’ai eu la possibilité de me former au tattoo, du coup, je me suis lancée !

Où trouves-tu tes inspirations ? 

Dans mes voyages, principalement ! Je bouge beaucoup et je m’intéresse énormément à la faune locale, je prends des photos à chaque fois que je vois une jolie fleur ou une belle feuille, et je me constitue une banque de données !

Penses-tu que nous sommes assez sensibilisé.e.s au cancer du sein ?

On en entend de plus en plus parler, mais c’est toujours en surface. J’ai eu affaire à plusieurs femmes qui ont subi des interventions, et je pense que, niveau accompagnement, il y a encore de la route à faire… 

Pour se renseigner sur le cancer du sein ou pour faire un don, cliquez ici. Pour suivre Kimi Duck sur Instagram, c’est par là.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *