Conversations with Friends, Sally Rooney’s multiverse of madness

Après avoir adapté Normal People, l’équipe derrière la série acclamée par la critique s’attaque à un autre roman de Sally Rooney. La mini-série en 12 épisodes intitulée Conversations with Friends a été diffusée le 15 mai sur Hulu et BBC Three. Lenny Abrahamson se verra à nouveau être le réalisateur, avec Alice Birch au scénario et Sally Rooney sera encore productrice exécutive. On retrouvera également la coordinatrice d’intimité Ita O’Brien, à qui l’on doit les scènes de sexe honnêtes et délicates de Normal People. À propos de son retour pour réaliser sa deuxième adaptation de Sally Rooney dans une interview accordée à Vanity Fair au début du mois, Abrahamson note le lien inévitable de la nouvelle série avec Normal People. “Ce que nous avons fini par obtenir est quelque chose qui a une sorte de ressemblance familiale esthétique avec les autres séries”, dit-il. “Mais c’est définitivement quelque chose qui lui est propre”.

Conversations with friends

Article écrit par Cloé Garnier

Pour ajouter aux liens entre les artistes gravitant autour de Sally Rooney, la fiancée de Paul Mescal – qui jouait Connel dans Normal People – Pheobe Bridgers a créé une nouvelle chanson Sidelines pour accompagner la bande-annonce de Conversations with Friends, et le petit ami de Taylor Swift – avec qui Pheobe Bridgers a collaboré sur l’incroyable chanson “Nothing New” – jouera Nick.

Fidèle au roman, l’intrigue principale de la série tourne autour des relations entre quatre personnages vivant à Dublin : Frances une jeune étudiante et poète, son ancienne meilleure amie et partenaire de scène Bobbi, Melissa, une écrivaine intriguée par le travail artistique des deux jeunes femmes, et son mari Nick, un acteur d’une trentaine d’années. La représentation minutieuse du roman ne tient pas seulement à l’intrigue, mais aussi aux dialogues qui font la part belle aux non-dits, aux images qui mêlent la ville de Dublin et la campagne croate, et au casting qui mêle nouveaux talents et visages familiers. Alison Oliver, jeune diplômée de la Dublin School of Drama, joue le rôle principal, avec Joe Alwyn, vu dans “Mary Stuart, Queen of Scots”. Ainsi que Jemima Kirke, découverte dans “Girls” il y a dix ans, puis comme nouvelle directrice dans la saison 3 de “Sex Education” et Sasha Lane, révélée dans le film “American Honey”. 

Pour les téléspectateur.ices français.es, Canal+ diffusera la série britannique en exclusivité très prochainement. 

Conversations With Friends n’est pas une série sur le polyamour

Bien que les quatre personnages principaux naviguent dans une série de relations de plus en plus compliquées, donc le point central est la liaison entre Frances et Nick, Conversations with Friends n’est pas une série sur le polyamour.

Comme la liaison de Frances et Nick est éventuellement reconnue et autorisée par Melissa, la femme de Nick, à la fin de la série, beaucoup ont interprété ce fait comme signifiant que Nick, Mélissa, Bobbi et Frances ont une relation polyamoureuse. Il existe des points communs : Nick est au courant des précédentes infidélités de Melissa, Bobbi et Melissa entretiennent une relation de flirt qui leur est propre, Bobbi et Frances sont des ex et tendent à renouer une relation partiellement romantique, et vers la fin du roman, les quatre personnages coexistent tout en étant au courant de la liaison. À bien des égards, ces quatre personnages ressemblent à un sous-ensemble du polyamour appelé “polyamour de table de cuisine”, où les partenaires sont suffisamment à l’aise pour passer du temps ensemble en partageant un repas, en faisant des sorties de groupe ou même en faisant des voyages ensemble.

Ce qui distingue la relation de Nick et Frances du polyamour, c’est leur état d’esprit. Les relations polyamoureuses exigent de la divulgation, l’établissement de limites et un engagement envers une certaine forme d’équité dans la relation. Les personnages de Conversations with Friends ne demandent de permission à personne. Au lieu de cela, ils font ce qu’ils veulent et cherchent à se faire pardonner par la suite. Sans compromis, consentement et conversations ouvertes sur la manière de faire fonctionner ces relations, il n’y a pas de polyamour. Il n’y a qu’une série de personnes blessées qui prennent des décisions les unes pour les autres parce qu’elles ne peuvent pas imaginer un monde dans lequel toutes les parties peuvent avoir des relations ouvertes.

Conversations With Friends présente tout de même des arguments en faveur du polyamour. Elle présente des relations non traditionnelles, démontre qu’il est possible d’aimer plus d’une personne à la fois, et reconnaît que les relations – à long et à court terme – passent par différentes périodes et peuvent évoluer. Ce que la série nous montre, cependant, ce n’est pas du polyamour, ce qu’elle n’a après tout jamais revendiqué faire. Au contraire, Conversations with Friends nous donne une version plus réaliste des relations entre adultes, de l’infidélité et de toutes les façons dont la tromperie se termine par un chagrin d’amour.

La maison : symbole de désir et de rejet

“J’ai vraiment aimé voir l’intérieur des maisons des autres, surtout celles de personnes un peu célèbres comme Melissa”, confie Frances, la narratrice de “Conversations avec des amis”, au début du roman. Pour l’étudiante millénaire, le concept de propriété est assez flou et ne correspond pas à son mode de vie. Elle préfère son appartement, qu’elle partage avec différents colocataires, son idéologie communiste, et même sa poésie, qu’elle rend accessible par des performances orales, et non en la publiant dans des recueils, qu’elle perçoit comme des objets de consommation. Mais lorsqu’elle rencontre Nick et Melissa, leur maison devient un objet de désir pour Frances. Leur maison victorienne en bord de mer semble sortir d’un magazine d’architecture à la mode : un espace rempli de plantes, de posters et d’imprimés sur des murs en briques blanches patinées et plusieurs portes faites de grandes vitres enchâssées dans des cadres rectangulaires en acier, donnant sur une cour. Frances l’admet dès son premier dîner dans cette maison, au moment où elle rencontre Nick : “Votre maison est très cool”. Bobbi acquiesce : “Je l’adore. Vous êtes tellement adultes tous les deux. Car Nick et Melissa ont réalisé le rêve que peu de millennials réalisent : devenir propriétaires. Et la série fait de leur maison un symbole d’anxiété et d’aspiration.

Pour Frances, la maison de Melissa – et comme le dit Anna Rackard, la conceptrice de la série, “Nous avons toujours eu l’impression de décorer pour Melissa” plutôt que pour Nick – est profondément séduisante, malgré le style de vie de classe moyenne qu’elle représente. Pour Mme Rackard et Sophie Phillips, la décoratrice, l’objectif était de créer une version de la maison d’une personne aisée qui ne repousserait pas Frances – qu’elle trouverait au contraire cool et ambitieuse. Il est clair à l’écran que le bureau spacieux de Melissa, symbole de sa réussite en tant qu’auteur, est un objet d’envie pour Frances, la jeune poète habituée à écrire depuis son lit dans son studio. Ainsi, à travers l’objet qu’est la maison, c’est toute la dynamique entre Melissa et Frances qui se cristallise à l’écran.

“Melissa est légèrement intimidée par Frances, d’une certaine manière, à cause de sa beauté, de sa jeunesse et de l’étape de sa vie dans laquelle elle se trouve, ce qui lui permet d’être assez insouciante”, a déclaré Phillips. “Melissa est à un stade où elle se demande où elle va. Cela la rend très consciente des choix qu’elle doit faire, en partie pour créer ce cadre de vie d’apparence ‘parfaite’.” Elle se sent moins en confiance face à la présence de Frances, et au jugement que la jeune femme porte sur sa vie. Elle qui, au début de la série, est considérée comme à l’aise et dans son élément sur la scène artistique de Dublin, ayant l’avantage sur Frances et Bobbi grâce à son expérience et ses réalisations personnelles et professionnelles, se sent soudainement coincée et austère. Son mariage, ses contrats d’édition, ses prix littéraires et sa maison lui paraissent soudain extrêmement conventionnels, sous le jugement de la jeune Frances. Lors d’une scène de dispute, Melissa va jusqu’à dire à Frances : “Tu m’as traitée avec un mépris total. Et je ne veux pas dire seulement à cause de Nick. La première fois que tu es venue chez nous, tu as regardé autour de toi comme si c’était quelque chose de bourgeois et de honteux que je devais détruire. Tout d’un coup, je regarde ma propre putain de maison et je me dis, est-ce que ce canapé est moche ? C’est kitsch de boire du vin ? Et les choses qui me faisaient me sentir bien me font maintenant me sentir pathétique. Je veux dire, tu es vraiment venue chez moi avec ton putain de piercing au nez en pensant, oh, je vais m’amuser à détruire tout ce qu’elle a construit.” Ce à quoi Frances répond : “Je n’avais pas réalisé que vous me trouviez si subversive. Dans la vraie vie, je n’ai aucun dédain pour votre maison. Je voulais que ce soit ma maison. Je voulais toute ta vie. “. 

Chacune d’elles peut être représentée à travers son lieu de vie -propriétaire d’une grande maison pour Melissa, locataire d’un petit studio pour Frances- et chacune se compare et voit chez l’autre ce qu’elle n’a pas chez elle (au sens propre). Cette comparaison va induire un complexe chez ces deux femmes aux modes de vie opposés, et les faire se concentrer sur ce qui leur manque et ce que Nick (naviguant entre leurs deux lieux de vie, quittant la maison de Frances pour aller chercher Melissa et quittant sa maison avec Melissa pour aller chercher Frances) trouve chez l’autre.  

Conversations About Endometriosis

Si vous avez déjà regardé Conversations entre amis, vous connaissez la description de l’endométriose dans la série, où nous voyons Frances qui, après avoir souffert de douleurs menstruelles débilitantes et perdu beaucoup de sang, se voit diagnostiquer une endométriose. Comme dans le livre de Sally Rooney dont la série s’inspire, la douleur et la gestion de la douleur de Frances ont un impact sur sa vie, à la fois grand et petit. Alors qu’elle tombe de plus en plus amoureuse du charmant (et marié) Nick, leur relation se complique par son refus d’admettre que quelque chose la dérange, que ce soit sur le plan émotionnel ou physique. “Elle ne sait pas vraiment ce qui se passe dans son corps et elle est tellement obsédée par le contrôle, et pourtant cette [douleur] est quelque chose qu’elle ne comprend pas”, explique Oliver à Bustle à propos de l’endométriose de son personnage, une maladie compliquée dans laquelle le tissu qui tapisse normalement l’intérieur de l’utérus se développe à l’extérieur. Alors que Frances cache sa douleur à presque tout le monde, Conversations avec des amis n’hésite pas à dépeindre de manière précise (et explicite) une femme qui lutte contre la maladie.

À l’écran, cela signifie montrer beaucoup de sang. Dans une scène où Frances ressent des douleurs menstruelles dans la salle de bains, la caméra coupe sur un jean froissé sur le sol, complètement imbibé de sang. “Nous avons continué à ajouter [du sang], parce qu’il y en a tellement”, explique Oliver. “Il était important pour nous de ne pas couvrir nos visages et de montrer à quel point cela peut être chronique, handicapant et douloureux de [vivre avec l’endométriose].” Il est encore extrêmement rare de voir à l’écran une femme confrontée à une quelconque douleur menstruelle, liée à l’endométriose ou autre. Si la douleur fait partie de la performance, une légère pression sur l’abdomen est généralement suffisante pour signifier qu’un certain inconfort général peut se produire (et disparaîtra bientôt). Mais lorsque Frances a mal, il est difficile de cacher son malaise, quels que soient les efforts qu’elle déploie pour le dissimuler. Sa douleur est suffisamment intense pour qu’elle s’évanouisse dans la rue, tout en marmonnant à Bobbi de ne pas s’inquiéter pour elle, car ce ne sont que des douleurs de règles. Comme Frances, de nombreuses femmes luttent pendant des années en pensant exactement cela. Une femme sur dix dans le monde est atteinte d’endométriose, et en raison de la nature complexe de la maladie, il faut souvent près de dix ans pour obtenir un diagnostic concret. Bien que Frances en obtienne un à la fin de la série, elle subit également ce stress et cette confusion : elle est assise, terrifiée, dans la salle d’urgence après l’incident sanglant, tandis que le personnel médical tourne autour d’elle, ne répondant jamais directement aux questions, sauf pour lui dire qu’il n’y a “rien à craindre”. Les médecins suggèrent que cela pourrait être une fausse couche, des douleurs menstruelles, n’importe quoi, et la renvoient chez elle.

Le producteur exécutif de Conversations avec des amis, Lenny Abrahamson, et la réalisatrice Leanne Welham ont consulté des médecins et des femmes atteintes d’endométriose pour s’assurer que leur représentation de la maladie était aussi fidèle que possible. L’endométriose de France peut commencer comme une intrigue secondaire, mais à la fin de la série, il est clair que la maladie est inextricablement liée, émotionnellement et thématiquement, à sa liaison avec Nick. Son diagnostic intervient au moment où Nick recommence à coucher avec sa femme et où Frances apprend qu’il veut être père, ce qui la fait se sentir à la fois brisée et indésirable. “Beaucoup de femmes sont confrontées à cette question : “Mon corps me servira-t-il ?”” dit O’Brien. “Frances doit se demander : ‘Comment l’endométriose va-t-elle affecter mon désir d’être enceinte, mon désir d’avoir un bébé. Mon corps de femme va-t-il faire ce qu’il est censé faire ?” Frances peut se débattre avec ses amitiés et ses relations, mais à la fin de Conversations avec des amis, il est clair qu’il n’y a pas de relation plus intime et frustrante que celle qu’elle entretient avec elle-même.

C’est là que les médias interviennent, en aidant à sensibiliser au problème et à donner une représentation exacte de la maladie. “Grâce à Conversations with Friends, c’est la première fois que je vois quelque chose de similaire à ma propre expérience de l’endométriose dans les médias grand public”, a tweeté un téléspectateur, saluant la représentation de la maladie par la série de la BBC. “Je viens de finir de regarder Conversations avec des amis et l’intrigue sur l’endométriose m’a détruit, je n’ai jamais vu mon expérience montrée de manière aussi précise !” a écrit un autre téléspectateur. Malgré les éloges massifs que l’émission a reçus, certains téléspectateurs ont noté que le diagnostic de Frances est arrivé beaucoup plus tôt qu’il ne le ferait dans la vie réelle, de nombreuses personnes atteintes d’endométriose passant des années sans diagnostic. “La chose la moins réaliste de l’émission Conversations avec des amis de Sally Rooney a été la rapidité avec laquelle Frances a reçu son diagnostic d’endométriose”, a tweeté une personne.

Néanmoins, nous pensons que c’est une excellente chose de sensibiliser à cette maladie, ce qui aidera certainement ceux qui, sciemment ou non, luttent contre l’endométriose. L’endométriose apparaît parfois dans les émissions médicales comme un cas de la semaine, mais avoir un personnage principal qui endure la douleur et la confusion de cette maladie ? C’est du jamais vu, et c’est incroyablement important. L’expérience de Frances n’est pas universelle, mais la série capte l’agonie émotionnelle et physique de l’endométriose.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *