Interview Prédictions #6 – Printemps de Bourges : Yoa

Du 19 au 24 avril, l’équipe de Mauvaise Graine magazine était au Printemps de Bourges, et c’était l’occasion d’y rencontrer des artistes que vous avez déjà vu ou entendu, mais aussi des INOUÏS, une sélection d’artistes émergents. Parmi ces INOUÏS, nous avons rencontré Yoa tout droit venu d’île-de-France ! Équipés d’un enregistreur et d’un jeu de tarot, nous lui avons tiré les cartes pour en savoir plus sur son parcours et son rapport à la musique. C’est donc l’heure de son interview Prédictions !

Crédits photo : Zoé Joubert

Propos recueillis par Olympe Dupont

CARTE 1 : LE PENDU, un changement de perspective / une voie originale 

Si tu voulais faire autre chose que de la musique, ce serait quoi ?

C’est une bonne question. En ce moment, en parallèle de la musique, je travaille dans un restaurant, et j’aime beaucoup ça ! Je pense que je serai dans un travail très actif. Un taf où tu bouges beaucoup et où tu t’oublies un peu, ce qui n’est pas du tout le cas dans la musique pour moi parce que j’ai besoin d’être très concentrée. Donc oui, un travail très actif.

CARTE 2 : LE PAPE, conseiller 

Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un voulant se lancer dans la musique ? 

De bien s’écouter, de travailler à un bon rythme de manière continue, se respecter beaucoup. Mais tout ça va dans l’écoute, généralement quand tu respectes pas ton corps ni ton esprit c’est que tu n’écoutes pas les limites que ton corps t’envoie. Donc je dirai travailler et s’écouter. En ce qui me concerne, j’ai un calendrier pour savoir où va le projet et je répète beaucoup le live, etc. J’ai ma petite routine de travail pour éviter de m’échapper où ne pas trouver le temps de travailler.

CARTE 3 : L’IMPÉRATRICE, la créativité / l’art de la parole 

Est-ce que tu peux nous parler de ton processus d’écriture / de composition ?

Je suis très inspirée par mon quotidien dans le sens où je suis très inspirée par la musique que j’écoute. Par exemple en ce moment j’écoute beaucoup l’album de Rosalia qui m’inspire énormément, il y a quelques mois c’était l’album de FKA Twings, ou celui de James Blake. Mes thèmes sont assez inspirés par mes écoutes du moment. Puis après dans la manière d’écrire, j’aime bien faire tout d’un coup. C’est-à-dire que quand je commence à écrire un morceau je ne vais pas me coucher sans que ma structure ne soit terminée. Après je peux y retourner, ça peut mettre plusieurs mois pour changer un mot, une phrase, ou autre, mais généralement j’ai besoin d’avoir terminé ma maquette. Et parfois, même souvent, il y a des morceaux qui sont restés comme ça en première version d’écriture. Puis ensuite je travaille avec des musiciens pour m’aider à l’arrangement et pour m’aider à remodeler un peu mes maquettes.

CARTE 4 : LE BATELEUR,  le commencement 

Comment est-ce que tu as commencé la musique ?

J’ai un nouveau clip qui va sortir prochainement, et puis on prépare un prochain projet avec un single qui devrait sortir avant le début de l’été en juin. Et voilà, plein de dates pour cet été, des festivals un peu partout en France donc c’est assez cool.

CARTE 5 : L’ARCANE SANS NOM, le renouveau

Selon toi, quel genre de musique sera le plus écouté dans le monde demain ? Qu’est-ce que l’industrie peut offrir de neuf ?

Je ne serai pas capable de dire quel genre de musique sera le plus écouté. Instinctivement je dirais le rap parce que c’est déjà le cas, et c’est devenu un terme tellement générique qu’aujourd’hui le rap inclus beaucoup de genres. Avant c’était la trap qui était très à la mode, puis la drill, puis aujourd’hui c’est encore un nouveau genre. Je dirais le rap, et encore, je pense que ce qui est stylé dans la musique c’est que tout se renouvelle tellement rapidement. Et concernant l’autre question, je pense que là où l’industrie doit être intelligente c’est qu’elle doit aller avec le monde et le monde est plus ouvert, plus inclusif et plus conscient des dangers environnementaux. Donc pour moi l’industrie gagnerait à être encore plus rapide dans tous ces bouleversements là en incluant plus de femmes DA (directrice artistique) dans les maisons de disques, penser à des modes de consommation plus écologiques, etc.

Retrouvez YOA sur Facebook et Instagram.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *