Si la plume est plus puissante que l’épée, elle est aussi ardente qu’un godemiché.  La dernière fois, nous vous parlions du pouvoir des mots dans les podcasts érotiques, faisant place à un porno plus créatif. Aujourd’hui, place aux vagins et phallus lecturophiles ! Les mots écrits peuvent en effet procurer du plaisir au même titre que les images et les sons, voire même plus puisqu’ils stimulent notre imagination. Ces séances de masturbation deviennent des façons de se réapproprier une certaine liberté et autonomie : nous ne sommes plus juste de simples voyeurs.

Crédits : Petites Luxures

Article écrit par Léa Pruvoost

Qui n’a jamais été excité par un sexto langoureux ? Qui ne s’est jamais touché à la suite de promesses écrites par son/sa/ses partenaire.s, son/sa/ses amant.e.s ?  Qui n’a jamais cliqué sur une vidéo sur PornHub parce que le titre lui semblait scandaleusement excitant ? Parce que oui, c’est là que commence l’ascension du plaisir : par un mot, un titre, un déclic, une ode au plaisir. On se laisse guider par le mot ou le texte, on imagine, on se projette là où l’on a envie d’être, avec la personne de notre choix et on se laisse aller aux fantasmes et à l’orgasme.

Chez MaG, on a voulu lever le voile sur ces lectures charnelles et intimes dont on ne parle pas assez, que l’on cache sous le manteau, qu’on dévore à une main et qu’on regarde subtilement, avec envie, à travers les rayons des librairies. Alors qu’il n’y a pas de honte à avoir !

Évidemment, les textes érotiques ne datent pas du phénomène mommy porn, de la sortie de 50 Nuances de Grey ou du hastag #pormotgraphie. Au contraire, ils prennent toutes les formes littéraires depuis des siècles ! Contes, vaudevilles, romans, nouvelles, pièces de théâtre et poésies : il y en a pour tous les goûts. Parmi les auteurs classiques connus pour leur sulfureux écrits, nous pouvons citer Claude Le Petit (XVIIe siècle : Le Bordel des Muses), John Cleland (XVIIIe : Fanny Hill, la fille de joie), Guy de Maupassant (XIXe siècle : À la feuille de rose) mais aussi toute une ribambelle de noms du XXe siècle comme Guillaume Apollinaire (Onze mille verges), Pierre Louÿs (Trois filles de leur mère) ou Henry Miller (Tropique du cancer) et Anaïs Nin (Les Petits Oiseaux).

Crédits : @grrifradio (insta)

Par la suite, une nouvelle génération d’écrivains et écrivaines mais aussi de néophytes sans expérience littéraire a pris place pour raconter un porno pluriel, plus libre, plus extraverti à travers les livres ou les sites en ligne. Un porno sans filtre qui raconte les corps, les sexualités et l’orgasme féminin. Franck Spengler (La vie amoureuse des fées), Guillaume Fabert (Autoportrait en érection), Françoise Rey (Ça plane pour moi), Alina Reyes (Derrière la porte), Eva Lust (Orgie Saphique), E.L. James (50 Nuances de Grey), Françoise Simpère (Des désirs et des hommes), Mélanie Muller (L’Élixir) ou encore Octavie Delvaux (Sex in the kitchen).

On prend aussi plaisir à se perdre entre les lignes des sites Short Edition, Histoire Érotique, XStory, Nouvelles Érotiques, Histoires Intimes ou encore Les lectures érotiques de Charlie. Ces derniers nous font vibrer à la lecture d’anecdotes sensuelles, de témoignages torrides, d’expériences excitantes et de chroniques libérées.

Tous les livres cités ici ne sont que des exemples, une liste très exhaustive de tout ce que recèle les librairies et bouquineries solidaires (ou les grands distributeurs comme la Fnac, le Furet ou Amazon mais on préfère soutenir les lieux plus authentiques). Il en est de même pour la liste des sites internet : la toile ne nous a pas encore révélé tous ses secrets. Libre à vous de découvrir ces histoires jouissives, confortablement installé.e.s et la porte verrouillée ; ou chercher d’autres sources et de nous les conseiller.