Lazy Queen sort son EP ‘A Human Reaction’, quand l’énergie fusion renaît de ses cendres pour le meilleur ! 

Alors que le paysage musical semble frappé d’une nostalgie en termes de sonorités, le groupe Lazy Queen s’affirme par son originalité. Leur musique découlant d’une fusion proche de celle des années 1990, ils expérimentent avec brillance un néo-punk aux allures futuristes. Fondé entre New York et la Suède, rencontre avec le groupe de rock DIY Lazy Queen qui nous prouve bien que 2022 signe le grand retour du rock.

Crédits photo : Stian Werme

Propos recueillis par Eliot Rizzo

Salut les gars, comment ça va ? 

On va bien, merci. La vie est occupée et tout s’arrête, tout en même temps.

Dans cet EP on sent une énergie punk vraiment frappante, surtout en termes de production musicale, d’où vient ce son si particulier ? 

Hahah nous sommes heureux que cela se traduise de cette façon. Je ne sais pas si nous savons nous-mêmes d’où ça vient, mais je pense qu’il y a une certaine intensité dans notre façon d’aborder notre musique, et le punk n’est rien d’autre que de l’intensité, n’est-ce pas ?

On sent aussi dans votre musique une influence de fusion rock typique des années 90 avec des groupes comme Living Colour par exemple, avez-vous des modèles ou des inspirations ? 

C’est assez drôle, notre bassiste Jon a eu leur album Vivid en rotation récemment, mais le reste d’entre nous n’a pas entendu parler d’eux.

Mais oui, le truc des années 90 est quelque chose que nous avons certainement déjà entendu. Je n’écoute pas vraiment de musique des années 90 en ce moment, mais des groupes comme Nirvana, Pixies et Sonic Youth ont joué un rôle important dans mes années de formation. Je suis donc sûr que cela et notre décennie de naissance ont déteint sur nous à bien des égards.

Ceci étant dit, nous écoutons tous une grande variété de genres musicaux, donc le terme de fusion est une bonne description notre son.

J’ai l’impression que le rock en tant que genre a un léger problème avec la nostalgie et le fait de toujours regarder vers ce qui a été.

L’EP débute avec la vidéo Bed Head qui est une réussite visuelle, l’esthétique joue-t-elle un rôle important selon vous dans votre musique ?

Oui, je dirais que l’esthétique et les visuels sont très importants pour nous. De notre point de vue, la musique n’est qu’une partie de ce que nous voulons créer et, à bien des égards, les visuels créent le contexte dans lequel nous voulons que notre musique soit entendue.

Pour moi, beaucoup des artistes pour lesquels j’ai le plus investi en tant que fan sont ceux qui ont été capables de créer une sorte d’univers autour de la musique, quelque chose à partir duquel vous pouvez en apprendre plus à la fois sur eux en tant que personnes, comment ils voient le monde et la musique qu’ils créent. Nous avons toujours eu de grandes idées, et maintenant nous sentons que nous sommes là où nous pouvons les réaliser.

L’EP est varié en termes de sons mais reste vraiment identifiable à votre style, quel est votre secret pour garder votre originalité ?

Et bien… Je pense que nous traitons Lazy Queen comme une sorte d’amalgame de nous tous, de nos vies, de nos expériences et de notre besoin d’expression, mais aussi comme un être autonome en soi, et comme la plupart d’entre nous, il a une variété d’humeurs. L’énergie, l’expression et la vibration peuvent changer, mais l’identité fondamentale reste la même.

J’ai l’impression que le rock en tant que genre a un léger problème avec la nostalgie et le fait de toujours regarder vers ce qui a été. Bien que nous soyons définitivement des fans des groupes de rock du passé, nous sommes plus intéressés par l’exploration de ce que nous pouvons apporter à notre son dans les limites de ce que nous voulons exprimer, plutôt que de nous assurer que nous maintenons nos références au genre.

Vous êtes un groupe qui porte une attention particulière à la performance live, quelle est votre relation avec la scène actuelle et les groupes dont vous avez fait partie ?

Oui, les concerts ont toujours été très importants pour nous. Pendant longtemps, j’ai dit que je n’enregistrais de la musique que pour la jouer en live, mais je me suis rendu compte que j’appréciais de plus en plus le processus de studio à mesure que nous nous penchions sur l’expérimentation de notre son. Mais toujours est-il que c’est aux concerts que nous trouvons cette connexion que la plupart d’entre nous recherchent dans la vie de tous les jours.

Nous aimons rencontrer et parler aux gens qui écoutent notre musique. Apprendre qui ils sont et comment ils se sont connectés à nous de quelque manière que ce soit.

Quand j’étais enfant et que j’écoutais de la musique, j’ai toujours trouvé beaucoup de réconfort dans le sentiment que la musique reflétait ce que je ressentais, et mettait en mots les choses que je n’étais pas encore capable de dire. Comme si j’étais capable de me connecter à la personne qui s’exprime et qui exprime ses sentiments à travers sa musique, et à une communauté plus large de personnes qui se connectent également à la musique, depuis la solitude de ma chambre. Maintenant, je réalise que ce sentiment est tout aussi réel du côté de l’artiste. Nous mettons quelque chose de personnel dans le monde en demandant : ressentez-vous ce que nous ressentons ? Et c’est dans les spectacles que nous obtenons la réponse.

Merci beaucoup pour vos réponses. Enfin, avez-vous un dernier mot à dire, un album à recommander pour continuer cet hiver doux ou une annonce qui pourrait nous réchauffer ?

Le mot de la fin : Fastidious

Album : Idles – Crawler
Annonce : Nous sortons un EP intitulé A Human Reaction et nous partons pour notre première tournée au Royaume-Uni en mars.
Retrouvez Lazy Queen sur Facebook et Instagram.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *