Depuis 2013, le collectif lillois Cahiers de Mode organise des vides-dressing. Leur treizième événement a été annulé en raison des conditions sanitaires, alors Laurine et Pauline se sont battues pour reconduire cette édition qui se tiendra donc le 19 septembre au Grand Playground. Vendeurs triés sur le volet, petits créateurs lillois et le « labo de divas » Meufs Mortelles seront présents pour faire de cette édition une jolie alternative à notre très chère braderie lilloise. 

Propos recueillis par Eva Darré-Presa

Est-ce que vous pouvez vous présenter ?

Laurine : Laurine, j’ai 27 ans. J’ai repris la gestion de Cahiers de Mode il y a maintenant deux ans.

Pauline : Pauline, 26 ans, Lilloise, adepte déco, mode, récup’ et des voyages. 

Comment est-ce que Cahiers de Mode a commencé ?

Laurine : Le collectif a été créé en 2013, par une amie à nous qui s’appelle Juliette (qui ne fait aujourd’hui plus partie du réseau en raison de son activité professionnelle) et qui s’était inspirée de ses voyages pour importer le concept du vide-dressing à Lille avec l’une de ses copines. Lorsque le concept s’est développé, elles ont fait un appel à candidature et Pauline et moi, qui étions colocataires à l’époque, avons été recrutées pour les aider. Les tous premiers vide-dressing se faisaient en partenariat avec l’Australian Bar, qui nous a accueilli pendant plusieurs éditions. Au tout début, nous ne réunissions qu’une vingtaine de vendeuses et puis l’idée a plu et nous avons maintenant en moyenne 100 personnes qui vident leurs dressings sur chaque événement ! Ce qui nous a aidé à nous démarquer au tout début, c’est qu’au delà du vide-dressing, nous aimions toujours proposer des activités complémentaires pour faire vivre une expérience complète à nos visiteurs : des dégustations, des ateliers, des découvertes de créateurs locaux, etc. 

Pauline : L’aventure CDM a commencé pour moi en même temps que Laurine, lorsque nous étions encore étudiantes (le temps passe vite…). J’étudiais le marketing de la mode alors c’était pour moi un véritable moyen de lier passion et professionnalisation. J’ai découvert l’événementiel et c’était le coup de cœur. L’échange entre nanas qui partagent une même passion, ça n’a pas de prix. Un vide dressing, c’est pas seulement un event. C’est aussi des rencontres, des discussions, des opportunités, de l’innovation constante, de l’ouverture sur le monde et bien plus… 

Il me semble que Cahiers de Mode était un blog à l’origine. Comment vous est venue l’idée d’organiser des vides dressing ?

Laurine : C’est en fait l’inverse ! L’activité au cœur de Cahiers de Mode, c’est le vide-dressing ! Lorsque notre nom s’est développé sur Lille, nous en avons profité pour lancer un blog, essentiellement pour partager nos bonnes adresses et les sessions de street-style que nous organisions dans les rues de Lille. Malheureusement, cela nous demandait beaucoup de temps et nous avons aujourd’hui préféré nous consacrer au développement des vides-dressing et marchés de créateurs locaux. 

Comment a commencé votre passion pour la mode ?

Laurine : Je ne sais jamais trop quoi répondre quand on me pose cette question… J’ai depuis l’adolescence été naturellement amusée par la mode, le style. C’est pour moi un vrai moyen d’expression et de créativité. Je n’ai pas un style particulièrement original, mais j’ai toujours été amoureuse de celles et ceux qui en ont. Je trouve ça super inspirant. Quand tu t’intéresses un peu aux marques des grands créateurs, au delà des fringues, il y a tout un univers !

Pauline : En réalité, toute petite, ma maman a toujours été dans le textile… C’est elle qui m’emmenait chiner les plus belles pièces à droite et à gauche. Elle connaît toutes les marques et matières, c’est dingue. 

Quel est votre regard sur l’industrie de la mode aujourd’hui ?

Laurine : En ce qui me concerne, je suis encore un peu tiraillée entre une éducation à la mode autour des dernières tendances, des toutes dernières fringues stylées qu’il faut avoir dans son placard et qui sont beaucoup plus accessibles lorsqu’on les trouvent dans la fast fashion… Tandis que de plus en plus je culpabilise de ne pas assez aller voir chez les petits créateurs ou d’auto-recycler mon dressing. Je pense qu’on est tellement conditionnées aux marques de fast fashion qu’il peut être vraiment difficile d’adopter une nouvelle démarche de consommation. Mais c’est pas impossible ! Pour moi, la seconde main est une bonne alternative car cela permet de se procurer les pièces que l’on cherche de manière plus responsable. 

Pauline : Honnêtement, aujourd’hui, je me pose beaucoup de questions à ce sujet. Je ne vois plus l’intérêt de consommer de la fast fashion, surtout quand on voit l’envers du décor. En même temps, je comprends aussi l’aspect budgétaire qui peut être perçu comme difficile d’accès chez les créateurs soucieux des conditions de fabrication et bien plus quali… C’est pour ça que la seconde main est la meilleure des alternatives pour moi ! Côté pro, j’ai délaissé la grande distrib’ pour le made in France. Au fond de moi, je me sens bien plus en adéquation avec mes valeurs.

Comment est-ce que vous avez commencé à vous tourner vers la seconde main ?

Laurine : J’ai commencé à peu près quand les premiers sites internets comme Vinted ou Vestiaire collective se sont lancés… J’étais encore étudiante alors c’était une bonne façon pour moi de trouver des pièces convoitées beaucoup moins cher et de pouvoir m’offrir des pièces luxes. Je n’ai jamais eu un style très vintage, mais des amies m’emmenaient aussi souvent en friperie alors petit à petit j’ai pris l’habitude de m’acheter des vêtements à seconde vie ! 

Pauline : Ici aussi c’est en baroudant avec ma maman entre braderie, Emmaüs, revente de fringues entre copines. Toutes petites, on s’échangeait les fringues avec mes cousines pour avoir une nouvelle garde robe. On tenait un sacré business, en fait !

Vous pensez que la seconde main est accessible à tout le monde ?

Laurine : Selon moi, seconde main rime justement avec accessibilité ! Ce qui peut être un peu plus compliqué pour certains, c’est le côté « déjà porté », mais une fois qu’on passe le cap on se rend vite compte qu’entre un produit neuf et une seconde main, il n’y a souvent pas de différence côté qualité. En plus, aujourd’hui, avec tous les sites de revente qui existent, c’est beaucoup plus facile de jouer le jeu. Par contre, il faut y passer du temps (à chercher ou à mettre ses propres articles en vente), tandis que l’avantage du vide-dressing c’est que tout se fait en direct et de manière bien plus conviviale. 

Pauline : OUIIIIIIII ! 

Comment vous organisez-vous pour créer ces vides-dressing ?

Laurine : Pauline et moi sommes toutes les deux salariées à côté de cette activité, alors cela demande pas mal de temps, de planification et d’énergie. Heureusement, nous en sommes aujourd’hui à notre treizième événement alors on a des réflexes et de bons contacts qui se sont créés avec le temps ! Et comme nous sommes meilleures potes, le boulot se fait assez naturellement et on se partage les tâches en fonction des disponibilités de chacune. Le plus difficile pour nous, c’est de trouver un lieu assez grand pour nous accueillir. Côté vendeurs et visiteurs, la demande est là, mais on voudrait toujours faire mieux et plus grand. 

Pauline : On travaille en binôme depuis le début. On a un rétro planning qu’on suit et forcément des petits éléments qui s’ajoutent en cours de route sinon ça ne serait pas fun ! On se donne à 1 000% sur ce projet, c’est un peu notre bébé où on peut s’éclater ! On a les mêmes objectifs et souvent on est d’accord avec les idées de l’une et de l’autre, c’est pourquoi on a osé se lancer dans une édition GÉANTE ! 

Prêtes pour le 19 septembre ?

Laurine : Plus que prêtes ! On a été hyper frustrées par l’annulation de la dernière édition en raison des conditions sanitaires, alors on a comme une envie de revanche. En plus, avec l’annulation de la Braderie de Lille, les bonnes affaires vont nous démanger. On est hyper excitées de retrouver nos clientes, de rencontrer les nouvelles et de faire un tour dans leurs dressings. Nous n’avions encore jamais exploité ce lieu, le Grand Playground, alors c’est encore un nouveau défi pour nous. En plus, l’événement s’annonce vraiment cool car on a eu la chance de pouvoir sélectionner des profils de vendeuses avec des sacrés styles et des vrais pépites dans leurs placards. Et on aura la chance d’accueillir un talk organisé par le collectif Meufs mortelles, qui lancera l’évènement et promet pas mal de réflexions hyper inspirantes sur la mode responsable. Vivement !

Pauline : Plus que jamais ! D’autant plus qu’on a eu un coup d’essai pour cette édition géante ! Ça fait des mois qu’on l’attend ! 

 

Pour suivre Cahiers de Mode, rendez-vous sur Facebook et Instagram. On vous glisse également le lien vers l’événement Facebook juste ici.