Claudette est co-créatrice de la marque de culottes et maillots de bain menstruels FEMPO. Chez MaG, on souhaite valoriser les entrepreneurs qui veulent contribuer à améliorer la société, et c’est exactement le genre d’initiative qu’on adore. FEMPO contribue à améliorer le quotidien des femmes en réduisant les contraintes que génèrent les règles. Avec un blog et des podcasts, ils tendent à créer une véritable communauté de femmes solidaires et inspirantes. Parce que oui, la sororité existe encore et FEMPO est bien décidé à nous le prouver.

À gauche : Fanny ; À droite : Claudette

Propos recueillis par Eva Darré-Presa

Pouvez-vous vous présenter ?

On s’est rencontrées avec Fanny il y a dix ans à Vancouver, au Canada. On était colocs là-bas ! On se retrouve quelques années plus tard, en 2016, quand je décide de venir en France pour reprendre mes études en politiques publiques à Science Po. On s’est vite aperçu qu’on avait les mêmes valeurs, les mêmes ambitions et la même culture… Et qu’il fallait qu’on monte un truc ensemble ! On s’est arrêtées sur le sujet de la santé des femmes et des protections hygiéniques qui étaient jusque là peu abordé. On a décidé de tout miser sur ce projet et avec toute l’audace et l’ambition de deux femmes qui ne connaissaient pas du tout le secteur de la lingerie ou des protections hygiéniques, on s’est lancées avec un budget de 240 euros !

Depuis le lancement de ce beau projet  en 2017, on voit le dialogue se libérer autour des règles. De notre côté, on en parle avec du rose, des paillettes et du smile ! Aujourd’hui FEMPO c’est une super équipe de quinze personnes et des milliers de femmes qui veulent changer le game dans leurs vies. 

FEMPO, c’est un nom pour dire « femmes » et « empowerment ». On souhaite donner aux femmes toutes les infos nécessaires pour qu’elles puissent avancer dans la vie, faire de leur corps un véritable allié et aller chercher cette force qui est dans chacune d’elle. On veut faire de ce cycle féminin quelque chose de puissant, qui ne nous bloque plus. 

Quel est votre parcours avant la création de Fempo ?

J’ai vécu plusieurs années à Vancouver où je travaillais dans une association, The Elizabeth Fry Society, avec des femmes principalement marginalisées en contact direct ou non avec le système carcéral. J’ai travaillé sur comment aider ces personnes, leurs enfants et famille. C’est en bossant pour cette ONG que je me suis rendu compte de certaines aberrations concernant la femme et de l’envie de défendre la cause féminine, qui a pris de l’ampleur. Je suis ensuite venue en France en 2016 où j’ai repris mes études à Science Po. 

Recommanderiez-vous l’accompagnement de Sciences Po à de jeunes entrepreneurs ?

Quand tu arrives dans un nouveau pays et que tu veux monter ta boîte, il te faut des contacts, un bon réseau ! Je me suis donc beaucoup servi du service incubateur de Sciences Po. Il m’a permis d’avoir un réseau et de rencontrer des personnes dans le même mood que moi. 

Le directeur de l’incubateur a été également d’une grande aide. Il nous a donné de nouvelles perspectives, de nouvelles ouvertures. Nous avons beaucoup échangé avec lui sur notre projet, il a toujours été très disponible.

Comment vous est venue l’idée de créer une marque de culottes et maillots de bain menstruels ?

Tout d’abord par le bruit des médias autour des protections hygiéniques et notre envie de creuser le sujet par le biais d’un sondage auprès des principales concernées, les femmes.

“Quels produits utilises-tu pendant tes règles ?”, “Es-tu satisfaite de tes protections hygiéniques ?”, “Si tu es insatisfaite, explique-nous pourquoi”. 3000 personnes nous ont répondu quasiment dès le début et 600 femmes nous ont laissé leurs mails pour “la suite”.  C’est en voyant les résultats, tel que « j’ai peur pour ma santé », qu’on a réalisé l’importance de créer quelque chose pour changer et aider le quotidien des femmes. Ces échanges avec ces différentes femmes ont permis la création d’une véritable communauté. À chaque moment d’évolution de FEMPO, on a fait appel à notre communauté pour comprendre leur réalité et leur besoin.

L’équipe est-elle entièrement féminine ? Comment travaillez-vous tou.te.s ensemble ?

L’équipe FEMPO, c’est une équipe mixte même si c’est vrai qu’on a plus de mal à recruter des hommes. Ce qui est assez marrant puisqu’à nos débuts, il y avait une majorité d’hommes, très curieux et investis dans l’innovation.

FEMPO s’est construit autour de sa communauté donc tout tourne autour d’elle. Le service CARE lui est dédié pour répondre à toutes les questions des utilisatrices et avoir une vraie conversation avec chacune d’entre elles. 

Ensuite, on ne veut pas faire du marketing classique donc notre team marketing est super créative, pleine d’énergie et d’idéesCe qu’on souhaite avant tout, c’est de construire des partenariats sur le long terme avec les marques, les influenceurs, les médias… On veut qu’il fasse partie de cette folle aventure ! 

Et enfin on a une team produit pour vous sélectionner les meilleurs tissus, les meilleures usines et confectionner les futures culottes de l’espace ! 

FEMPO décomplexe les règles et valorise les femmes, leurs corps et leur détermination. Quel est votre lien avec la communauté de warriors que vous avez créé ?

FEMPO sans sa communauté, on ne voit pas comment ça peut tenir la route ! Après notre premier sondage, 600 personnes nous ont laissé leur mail et ont a commencé à échanger avec elles sur nos avancées. FEMPO, ça a toujours été une conversation, ça a toujours été un échange entre nous et un groupe de personnes de plus en plus grand. 

Je remercie ces femmes qui nous ont répondu et dit ce dont elles avaient besoin, plutôt que si nous avions créé quelque chose de nous-même. Peut être que notre produit aurait plu à quelques personnes mais finalement n’aurait pas répondu à un réel besoin.  On est à l’écoute de notre communauté et elle nous aide beaucoup. Les filles nous inspirent, nous donnent de l’énergie ! 

On a même un lovewall sur notre Slack où la team du SAV met des messages d’amour des clientes chaque jour ! Aujourd’hui on est plus grand qu’au début mais on veut garder cette proximité avec notre communauté. On travaille main dans la main avec nos clientes et on essaie de développer au mieux leurs envies. On ne veut pas faire de compromis et répondre au maximum à toutes les demandes de nos clientes. Notre mission : toujours innover sur la base des retours-clientes. C’est comme ça qu’on s’est mis à développer les tailles 50 et 52 que nous avons sortis dans notre dernière collection.

Quel est votre positionnement par rapport à l’accès aux protections hygiéniques en France aujourd’hui ?

La culotte menstruelle est un produit de première nécessité donc toutes les femmes doivent y avoir accès. Nous avons donc mis en place un partenariat avec les sécurités sociales étudiantes pour que celles dans le besoin puissent y avoir accès à moindre coût. 

FEMPO, ce n’est pas qu’une marque, c’est aussi une communauté, un podcast et un blog sur lequel vous proposez des articles en lien avec les règles. Pensez-vous qu’il y a encore un manque d’informations concernant les menstruations ?

Les informations sont là mais on ne les a jamais expliquées aux femmes à l’école, en famille ou entre amis. C’est un sujet qui est encore difficile à aborder. Il y a encore cette gêne et ce non-dit. Ce n’est donc pas l’information qui manque, mais l’éducation. 

C’est donc cette gêne que nous voulons casser à travers nos différents canaux de communication. On adopte un langage clair sur le blog par exemple. On souhaite dédramatiser l’information, donner aux femmes les outils nécessaire pour faire de leur corps un allié. Si tu connais ton corps, tu sais quand tes règles vont arriver, tu sais qu’après tes règles, tu as une période d’ovulation où tu es très créative. 

Quels sont les projets de rentrée de FEMPO ?

Au delà de la culotte, FEMPO c’est un mouvement dans lequel les femmes sont au centre. Tous nos futurs produits et contenus vont permettre aux femmes d’avoir des discussions franches et sans prise de tête pour parler des règles. Le rôle de FEMPO est de dédramatiser ce sujet, de faire en sorte qu’il devienne commun. Ensuite, pour après, c’est la communauté qui nous le dira.

Avez-vous un conseil à donner pour passer cette période difficile que sont les règles ?

Porter une FEMPO et voir l’effet que ça fera sur vous. Aux yeux de notre communauté, ça a littéralement changé leurs vies ! Elles se sentent libérées, prêtes à conquérir l’espace. On vit nos règles avec le smile.